icone musique

 


 

 

DU SON PLEIN LES YEUX


En mai, la médiathèque Jean-Jacques Rousseau vous propose un cycle de projections de films documentaires sur la musique.

 

They Will have to kill usVendredi 5 Mai à 20h
They Will Have to Kill Us First : Malian Music In Exile
De Johanna Schwartz (Royaume-Uni/Mali, 2005, 1h39)


Ce film suit les musiciens maliens emblématiques qui résistent courageusement à la répression culturelle qui ronge le pays depuis 2012 et l’arrivée de groupes d’extrémistes islamistes qui ont interdit la musique dans la région.

 

 

 

The Whole gritty cityVendredi 12 mai à 20h
The whole gritty city
De Richard Baber, Andre Lambertson (Etats-Unis, 2016, 1h30)


The Whole Gritty City nous plonge dans le quotidien de trois marching bands (fanfares) de collèges de la Nouvelle-Orleans. Ce film suit pendant une année des enfants qui grandissent dans la plus musicale et la plus dangereuse des villes américaines. Leurs chefs d'orchestres les préparent à participer en tant que musiciens à la parade du Mardi Gras mais aussi à survivre à la violence de leur environnement.

 


Kadans KreyolVendredi 19 mai à 20h
Kadans kreyol
De David Commeillas (France, 2016, 52 min)


A l’époque des Yéyés, de l’autre côté de l’Atlantique, Les Vikings de la Guadeloupe et la Perfecta de la Martinique ont eux aussi apporter « leur souffle de rébellion ».
Ces deux groupes mythiques sont les premiers à avoir mélanger à leurs traditions insulaires d’autres rythmes venus notamment des Etats Unis ou des îles voisines. Ils ont inventé la modernité créole. A travers eux, c’est toute une scène antillaise des années 70, aux mélodies magnifiques, qui ne demande qu’à être (re)découverte. Car à l’inverse de Kassav’ dans les années 80, ni les Vikings, ni La Perfecta n’ont réussi « à percer » auprès du public métropolitain.

 

 

Vendredi 26 mai à 20hSi je te garde dans mes cheveux
Si je te garde dans mes cheveux
De Jacqueline Caux (France, 2013, 70 min)


Musique originale : Waed Bouhassoun, Kamilya Jubran, Hadda Ouakki, Amina Szarfi

Le titre de ce film est une allusion directe à ce tabou qu’est, dans les pays arabes, la chevelure des femmes qui devrait être cachée, alors que toutes les musiciennes qui vont participer à ce film refusent de porter le voile. Ce film, de fait, est un manifeste, puisqu’il se propose en effet de présenter l’histoire actuelle de plusieurs femmes arabes rebelles, chanteuses, musiciennes et compositrices, issues du Magreb comme du Machreq dont Waed Bouhassoun, invitée du concert-découverte des médiathèques le 17 juin. En contradiction assumée avec le contexte actuel, ce film souhaite montrer la force d’affirmation de ces femmes qui se battent avec détermination pour imposer leur talent, leur art, leur engagement social, ainsi que leur féminité sans voile.


Projections en salle Jussieu.


A l’issue de ce cycle, les DVD seront disponibles à l’emprunt par les adhérents du réseau des médiathèques.


Sélection musique en lien avec les films projetés :




En amont du Festival des Arts Urbains, 

2 RDV à la médiathèque Jean-Jacques Rousseau :


PROJECTION


vendredi 16 juin à 20h

 

Projection Asmahan, la diva orientaleAsmahan, une diva orientale
De Silvano Castano et Iman Humaydan (France, Suisse, 2013, 60 min)

 

 

14 Juillet 1944, la chanteuse et princesse syrienne d’origine druze Asmahan, de son vrai nom Amal El Atrach, meurt tragiquement dans un accident de voiture à l’âge de 26 ans. Outre le mystère qui plane sur les circonstances de sa mort, c’est la vie même de l’artiste que Silvano Castano décrypte dans son film documentaire.


En présence de Iman Humaydan, coréalisatrice du film et auteure de cinquante grammes de paradis (à paraître aux éditions Verticales le 11 mai 2017) qui viendra présenter et dédicacer son ouvrage à l'issue de la projection.



CONCERT DECOUVERTE de Waed Bouhassoun

 Samedi 17 juin à 20h


Concert découverte de Waed Bouhassoun
La médiathèque Jean-Jacques Rousseau vous invite à partir à la découverte du vivier musical et culturel des villes arabes de la première moitié du XXe siècle, lieux d’effervescence artistique et politiques, avec la venue de la chanteuse et oudiste syrienne Waed Bouhassoun.


Artiste engagée, Waed Bouhassoun échangera avec le public et jouera des morceaux issus de ses albums La voix de l’amour, qui reprend des standards de la chanson arabe; Hommage à la Syrie.




Entrée libre dans la limite des places disponibles.